▷ Bertrand Pinçon. Qohélet


© RCF
Bertrand Pinçon
Bibliste, théologien, prêtre du diocèse de Lyon, enseignant en exégèse biblique à la faculté de théologie catholique de Lyon

> Rien de nouveau sous le soleil
> Tout est vanité
> Le parti-pris de la vie

Aussi appelé Livre de l’Ecclésiaste, le texte de Qohélet délivre un message de sagesse pour aujourd’hui. Une invitation à vivre le bonheur.

« Vanité des vanités, tout est vanité! » C’est avec ces mots célèbres que s’ouvre le livre de Qohélet, ou livre de L’Ecclésiaste (Ec 1, 2). Un texte de la Bible assez court – 12 chapitres – dont l’auteur se présente comme « Qohélet, fils de David, roi de Jérusalem ».

Vanité, le terme revient de très nombreuses fois, synonyme de fugace ou futile. Qohélet est un sage: il part de ses expériences pour en tirer des leçons. Son propos est d’enseigner à vivre malgré la mort, cette finitude qui le hante. Il dit sans emphase l’éphémère de l’existence et fait découvrir la vie par son aspect le plus réaliste.

« Tout est tiré de la poussière, et tout retourne à la poussière. » (Ec 3, 20)
On pourrait associer ce livre biblique au pessimisme le plus noir. En réalité le texte de Qohélet est un appel à profiter de la vie. « Que fais-tu de ta jeunesse ? », pourrait-il nous dire. Il nous apprend que le continuum de l’existence – notre passé et notre futur – appartient à Dieu. La sagesse de Qohélet est de nous faire découvrir que l’on n’est précisément pas Dieu, mais que l’on est Homme. Et que l’on sait si peu de choses, au fond.